Millésimes 2013
une succession de périodes très sèches et très humides

Le millésime 2013 se caractérise par une succession de périodes très sèches et très humides.

Une fin d’hiver tardive repoussa le débourrement à fin avril, ce qui fit de 2013 l’un des millésimes les plus tardifs de ces 10 dernières années. Un mois de mai maussade retarda la floraison de mi-juin à fin juin pour les zones les plus tardives. Avec juillet, les vignes retrouvèrent enfin une météo plus chaude et sèche, ce qui leur permit de compenser une partie du retard accumulé.
Le temps très sec qui suivit permis d’éviter un développement des maladies.

A l’exception d’une pluie importante début septembre, qui était en fait la bienvenue pour les vignes, la période jusqu’au début des vendanges fut sèche et très agréable. L’évolution des sucres a été très lente et les niveaux d’acidité très élevés avec des pH bas. L’état sanitaire était parfait. Durant cette période, le vignoble a pu rattraper une grande partie de son retard.

Sur le domaine, nous avions débuté les vendanges le 26 septembre avec les crémants, car nous pensions que les raisins présentaient déjà une belle maturité physiologique et une maturité en sucre suffisante sur certains. Heureusement, car un orage important le 5 octobre perturba la récolte. A partir ce cette date, le climat devint plus incertain avec des alternances de périodes sèches et ensoleillées et des épisodes pluvieux. Les températures chutèrent fortement ce qui aida à limiter le développement de la pourriture, mais rendit l’augmentation de la richesse en sucre plus difficile. A ce moment-là, le rendement et la culture de la vigne étaient déterminant pour l’obtention de vins de qualité.

A la fin du mois d’octobre, des vents chauds et desséchants ont concentré les raisins encore sur pieds, mais la production de vendanges tardives fut très difficile.

Les terroirs récoltés tôt ont fermenté assez rapidement, mais en raison des acidités très importantes et des pH faibles, beaucoup de vins ont eu des profils fermentaires très lents. Les jus étaient très aromatiques et avaient une grande fraîcheur. Il est possible aujourd’hui de dire que les grands 2013 seront élégants, racés et de garde, sans être marqués par le botrytis.